500 étudiants, lycéens, et collégiens ont manifesté sous les fenêtres du ministère de l’écologie, vendredi 15 février.

Greta Thunberg

Greta Thunberg

Leur action s’inscrit dans la lignée de Greta Thunderber, cette étudiante suédoise de 16 ans qui à décidé de manifester tous les vendredi pour le climat au lieu d’aller en cours. Son action de désobéissance s’est rependu très vite dans le monde entier via le hashtag #FridaysforFuture.

Au lieu d’une taxe carbone qui est injuste socialement, pourquoi pas un rationnement carbone ?

Greg, étudiant à l’école des Mines à Paris :  Sur ma pancarte j’ai écris, face à cet examen il n’y aura pas de rattrapage, on leur donne la première leçon, on leur dit ce qu’ils doivent faire.

Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, et venue à leur rencontre mais s’est vue refuser une délégation d’étudiants pour discuter. La foule gronde. On entend la voix d’un élève amplifiée par un mégaphone : « On propose de faire une AG avec des tours de paroles et vous pourrez demander un tour de parole comme tout le monde. »

Principale revendication : que le gouvernement décrète une état d’urgence climatique. Greg, de continuer : « La transition écologique c’est aussi une transition sociale donc la taxe carbone suffit pas il faut des vraies actions de fond pour changer le modèle. Par exemple, au lieu d’une taxe carbone qui est foncièrement injuste socialement, pourquoi pas un rationnement carbone, ça serait plus juste.

Apparemment c’est parti pour durer, leur mouvement à été pensé pour se reproduire indéfiniment, à travers des actions de manifestation ou de désobéissance citoyenne et ce jusqu’à…
« Jusqu’à que ça change, que ça change vraiement » conclu Greg avec une sourire au coin des lèvres.

Laisser un commentaire