« 11 policiers municipaux, 18 agents de la propreté urbaine, un camion benne, une laveuse, une balayeuse, c’est 6000 euros de budget à chaque session » évoque Patrice Bessac maire de Montreuil.

« Pour traiter les problèmes d’hygiène et de sécurité liés aux vendeurs à la sauvette de la porte de Montreuil c’est une armada qui se mobilise chaque semaine » précise M le Maire devant une centaine de Montreuillois venu participer à la réunion publique du 4 février.

Cette entrevue était l’occasion de faire le point sur le problème des ventes illégales porte de Montreuil.
Depuis 4 années et malgré les efforts de la Mairie le problème des vendeurs illégaux s’intensifie : déchets qui jonchent le sol, occupation des rues, insécurité, prolifération des rats.

« Les vendeurs, ils étaient du coté de Bagnolet il y a 5 ans, depuis ils ont été repoussés chez nous et on peut plus s’en dépêtrer » souffle une habitante du quartier du Bas-Montreuil. «Nos trottoirs sont squattés par des Roms qui vendent tout et n’importe quoi et ça ramène des milliers d’acheteurs en tout illégalité, des fois c’est dangereux ils se battent » précise cette habitante en rappellant qu’elle habite Montreuil depuis 66 ans !

Certains habitants se sont réunis en association pour défendre leur cause.
En 2014 ils ont créé l’amicale des locataires République / Paul-Bert qui réunit aujourd’hui 105 adhérents. « Nous en sommes à la quatrième pétition, la dernière à réunie 500 signatures » lance la présidente Christine Fantuzzi. «Nous prévoyons une manifestation ce samedi pour mettre la pression sur la mairie qui ne fait pas assez selon nous». C’est probablement pour cela que M le maire nous à réunis aujourd’hui confie-t-elle à demi-mot.
« Pourtant des solutions existent». C’est Samuel Lecoeur, président de l’association de biffins AMELIOR qui évoque, dans un petit groupe en fin de réunion, pouvoir juguler les problèmes d’insécurité et de salubrité des vendeurs illégaux. « Il faut créer des marché de biffins, ça encadre les vendeurs sur un espace limité comme les brocantes, après on nettoie tout à la fin et ça génère 2000€ par marchés, de quoi embaucher ! »(cf. reportage des biffins ) «Nous un nouveau marché de biffins on n’en veut pas, précise une habitante, ça donne pas un aspect attrayant, ces marchés de la misère ça peut les aider, oui pourquoi pas, mais pas en bas de chez moi !».

Un appel à manifester… avec le maire.
Les grondements de la salle empêchent M le maire de reprendre la parole, profitant d’un court silence, entre deux invectives il récupère le micro, le silence revient : « Ça fait des années qu’on attend un appui de la préfecture de police qui ne vient pas, donc ce soir, je vous propose de constituer un groupe de volontaires pour nous rendre au cabinet de M le préfet et exposer de vive voix nos attentes et notre colère ». Et de rajouter : « Si dans un délai raisonnable nous constatons qu’il ne se passe rien je vous propose de bloquer la porte de Montreuil, même le périf’ s’il le faut ».

Certains restent dubitatifs devant l’annonce du maire à manifester. « En mode gilet jaune ? S’interroge une dame âgée. Ha non, je ne veux pas perdre un œil moi ».

Patrice Bessac en réunion à Montreuil face aux riverains et les problème de ventes à la sauvette

Patrice Bessac (PC) en réunion à Montreuil face aux riverains et les problème de ventes à la sauvette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *